Attaque à Paris : le spectre d’un radicalisé de l’intérieur ébranle la Préfecture de police

Le parquet antiterroriste s’est saisi de l’enquête sur le meurtre, jeudi, de quatre fonctionnaires par un agent de la direction du renseignement. Les soupçons d’attentat ont été renforcés par les premières investigations.

French soldiers stand guard near Paris prefecture de police (police headquarters) on October 3, 2019 after four officers were killed in a knife attack. A man wielding a knife stabbed and killed four officers at the police headquarters in the heart of central Paris on Thursday, before being shot dead. / AFP / Bertrand GUAY

Après vingt-quatre heures d’hésitations, le parquet national antiterroriste (PNAT) a finalement décidé, vendredi 4 octobre, de se saisir de l’attaque au couteau qui a eu lieu, jeudi 3 octobre, au sein de la Préfecture de police (PP) de Paris, causant la mort de quatre fonctionnaires et en blessant plusieurs autres. L’annonce a eu l’effet d’une déflagration au sein de la maison police, tant ce scénario paraissait inimaginable dans une institution aussi imposante que la PP, qui plus est de la part d’un agent de sa direction du renseignement (DRPP) réputée pour son expertise et son goût du secret.

Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest