Le président du groupe PS à l’Assemblée nationale a jugé que si le problème d’immigration est réel à Mayotte, le moyen choisi pour tenter de le résoudre n’était pas le bon.