Webinfo.fr

Toute l'info, en vrai !

A la une France News Politique Santé

Manifestations à Nice : Chiffres en hausse, cohésion sociale anti-pass. « Mon billet qui vaut la peine, mais laquelle ? »

Pour écouter cet article, lu par son auteur, utilisez le lecteur ci-dessous :

Selon les autorités, à l’heure où nous rédigeons cet article, les chiffres de la participation à la manifestation anti-pass sanitaire organisée sur la métropole Azuréenne, sont presqu’insignifiants ! D’après nos contacts infiltrés au sein de la police locale, seulement 2000 à 5000 manifestants ont rejoint le mouvement aujourd’hui… À voix basse, les paroles se délient et il n’aura fallut que peu de temps pour que l’on entende un tout autre son de cloche de la part de ces mêmes responsables de la sécurité publique. Ces nouveaux chiffres, plus rationnels, ciblaient un taux record de participation, avec près de 25’000 manifestants selon eux.

Nous nous sommes alors dirigés vers la manifestation elle-même, et encore une fois, des données vérifiables, grâce à des jetons proposés aux manifestants donneront des informations plus réalistes, mais pour cela, il faudra attendre quelques heures avant de vous donner des chiffres comptabilisés. En attendant, il n’est pas difficile de se rendre compte de l’étendue de la manifestation sur la « Place Massena » ou encore « Jean Médecin ». D’après des habitués des différentes manifestations anti-pass sanitaire organisées à Nice, ce samedi 7 Août 2021 fut un très grand moment de fraternité, certains annonçant même plus de 30’000, voire 40’000 participants. Tout cela démontre à quel point, la cohésion entre manifestants est une preuve que le peuple compte encore !

Il faut dire que les revendications ont de quoi interpeller. C’est même affligeant de voir qu’aucun crédit n’est accordé à la thématique de ces manifestations géantes. Toute la France se retrouve ainsi sous le feu de la fronde d’une population qui souhaite avant tout avoir le choix de son destin. Nous sommes toutes et tous concernés par ces mesures extrêmes. Que l’on soit vacciné, non-vacciné, pour ou contre le vaccin, le choix doit être laissé à l’appréciation de celui ou celle qui est concerné(e) par l’injection. Sans cette condition sine qua non, l’intrusion d’un corps étranger dans l’organisme d’un humain, peut, et même, doit être considérée comme un viol, ni plus ni moins.

Mais les pro-pass sanitaires pourront eux aussi vous dire qu’ils en ont assez de vivre sous cloche et avec tant de restrictions depuis déjà des mois et des mois, qui deviendront très bientôt, des années. Et qu’évidemment, comme le dit si bien notre Président, « la liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres ». Alors en ce sens, les exemples auxquels la gouvernance nous a, depuis plus quatre années, tant habitué, prolifèrent sur la toile comme dans les débats médiatisés. Un exemple frappant, cité par E. Macron, « Si vous buvez de l’alcool chez vous, vous avez le droit, si vous en buvez et que vous prenez le volant, il y a la loi. Et la loi vous interdit de mettre en danger d’autres concitoyens. » Mais quel bel exemple ! Personne ne peut contredire cette réflexion, c’est d’une évidence qui peut alors friser l’insolence lorsqu’elle sort de la bouche de notre premier élu, me direz-vous ? Mais ce protégé de la république, ne peut en aucun cas nous obliger à approuver son raisonnement, qui ferait donc passer le danger d’une personne complètement inapte à la conduite, à une bonne petite mamie qui irait, masquée, boire un verre à la terrasse, à l’air libre, d’un simple café de quartier. Il y a deux poids, deux mesures, et l’on sait malheureusement trop bien, combien de telles mesures, peuvent peser sur le moral, et par conséquent, sur la santé de nos pestiférés anti-pass.

Le manque de considération de la part du gouvernement face à ce que certains disent être des mesures qui vont à l’encontre des fondements de notre société telle que nous la connaissons, va finalement dans le sens de la « marche » qu’a lancé Emmanuel Macron. Ce Président fait ce qu’il a dit, on ne peut pas dire le contraire, c’est vrai. Mais souvenons-nous des heures les plus sombres de notre histoire, les dirigeants d’alors filaient droit dans leurs bottes et ne se souciaient à aucun moment de ce que pouvait penser le peuple. Et le drame dans tout cela, repose dans l’hypothèse qu’un complot possible, imaginé par les soi-disant « complotistes enragés » souvent cités par notre sombre gouvernement, ne soit en fin de compte qu’une triste réalité. Et si nos dirigeants n’avaient rien à se reprocher, il feraient table-rase de toutes ces élucubrations, nommant les revendications de son peuple et en démontrant concrètement, preuves à l’appui, qu’aucun risque sanitaire lié à la vaccination ne saurait être infligé à tous les injectés. En fait, je vous le dis, c’est du simple bon sens que l’on se doit d’instaurer dans toute conversation lorsqu’on est sain d’esprit. Et ce gouvernement est celui qui prouve par A+B, qu’avec un tel manque de respect, aucun dialogue ne peut être instauré. La France a perdu ? Macron a gagné ? Non, restons soudés, dans la fraternité, et ensemble, effaçons leur dessein tout tracé.

Photo de couverture : Dame Frénégonde sur Facebook®

LEAVE A RESPONSE

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

%d blogueurs aiment cette page :