Nantes : des individus proches de l’extrême droite gazent et matraquent les clients d’un bar du quartier Bouffay

Ils étaient une quinzaine. Certains, casqués, d’autres armés de matraques téléscopiques. Le groupe s’est brutalement introduit au  HoPOPop café, quartier Bouffay à Nantes, créant un mouvement de panique parmi la clientèle.

“J’ai vu le groupe se diriger sur le HoPOPop café. Ils tenaient des objets en main et alors ça a été la panique. La terrasse s’est vidée, ça a crié, il y a eu des verres cassés, du gaz lacrymogène. C’était hyper flippant comme scène. Les types ont déguerpi en criant  Hooligans, hooligans  car la police a vite rappliqué sur les lieux. Il y avait un homme, un serveur ou un client, dont le visage saignait abondamment après avoir pris ce qui semblait être un coup de tesson. Il a été transporté au CHU de Nantes”, raconte un témoin de la scène à nos confrères de Presse-Océan.

Des bombes lacrymogènes et des matraques

A l’intérieur du bar, les agresseurs ont fait usage de bombes lacrymogènes et de matraques téléscopiques. Au moins quatre personnes incommodées par les gaz ont été prises en charge par les sapeurs-pompiers.

Les assaillants ont tenté de prendre la fuite en se dispersant mais plusieurs d’entre eux ont été interpellés par les forces de l’ordre.

7 suspects âgés de 19 à 32 ans seraient actuellement en garde à vue.” Certains de ces individus sont connus pour graviter dans les milieux d’extrême droite”,  a précisé à nos confrères de Presse Océan une source proche du dossier. Un seul d’entre eux serait nantais, les autres seraient originaires d’autres régions françaises.

Le 6 mai 2017 à l’arrêt de tramway Du Chauffaut, à Nantes, une bande avait passé à tabac le jeune Erwan voyant en lui un militant “anti-fa”. La victime souffre aujourd’hui d’une infirmité permanente. Ces agresseurs présumés seront jugés aux assises. Ils encourent 15 ans de prison.

Sources : Franceinfo et Presse Ocean

Pin It on Pinterest